BABL

Villa Maraini, Swiss Institute

x
Babl Rome 14

Competition entry for the conversion of the Swiss Institute (an Artist in Residence Complex) in the Villa Maraini; work of the Swiss architect Otto Maraini, brother of Emilio Maraini, a fortuned industrialist from Lugano, known for having introduced with great success in Italy the production of sugar from beet. The villa was built in 1903–05. The villa, which was donated in 1946 by the widow of Maraini, Carolina Maraini Sommaruga to the Swiss Confederation, stands on an artificial hill and is surmounted by a Belvedere Tower, which boasts a 360-degree view of Rome and its surroundings. The building draws on the tradition of Roman villas. The decorations of the building consist of originals and copies of antique sculptures. The main idea was to connect underneath the earth the basement of the Villa with the recently constructed residence / workshop-studio building situated on the border of the plot. References as the Boullé sugar-cake of Peter Greenaway, the Catacombs and Piranesi’s Carceri were very close while working on the project.

Babl Rome 09
Babl Rome 02
Babl Rome 05
Babl Rome 04
Babl Rome 01
Babl Rome 10
Babl Rome 20
Babl Rome 22

Barone Emilio Maraini with his wife and brother Otto, the architect, who’s taking the picture, and the driver… on search for sugar…

Babl Rome 21
Babl Rome 11
Babl Rome 07
Babl Rome 18
Babl Rome 16
Babl Rome 15
Babl Rome 19

Barbabietola   De fait, la ‘Barbabietola’ est à l’origine de la croissance de tout ce qui a affaire à la villa Maraini, au sens propre comme au guré. Les betteraves sucrières ont la capacité de stocker les substances précieuses empruntées au sous- sol dans une forme géométrique relativement claire, la partie supérieure de la plante s’épanouissant elle hors de terre dans un orilège ornemental. Ce projet pour la villa Maraini est à peu près structuré de la même façon, et d’une manière qui thématise deux différentes atmosphères: celle d’un monde souterrain et l’autre d’un monde en contact avec le ciel.

Organisation   La villa est anquée sur son anc nord d’un espace de ‘Lobby’ qui assure la liaison avec la Portineria. A l’étage, trois ateliers s’ouvrent sur une fente de lumière qui illumine elle-même l’espace du Lobby. De l’espace inférieur, on peut accéder au socle de la villa par un escalier dérobé où se trouvent les archives et la bibliothèque qui leur fait face. Avec le choix de la position latérale des archives, la tentation est grande de poursuivre son chemin jusqu’à la ‘Dipendenza’ qui pourrait conclure ce parcours de plein pied par la vue sur le quartier environnant. Et toujours en poursuivant son chemin aux ateliers et à la salle d’exposition inférieure.


Cavités   Le positionnement des constructions du sous-sol se fait d’après un principe très simple: ‘construire où c’est possible’, soit sous le pourtour de la maison, à l’écart du parc et des murs de soutènement. Ceci fait à l’aide d’une excavation ordinaire à l’exception de la zone devant la Portineria qui pourrait être creusée à l’avancement selon une technique minière d’autrefois pour ménager les racines des plantes. La villa est elle, reprise en sous-œuvre sur une de ses faces, la construction se faisant directement avec un béton relativement grossier. Les fragments archéologiques trouvés lors de l’excavation sont coulés dans ces nouveaux murs, pour charger ceux-ci d’une épaisseur historique. La lumière mystérieuse qui glisse le long des murs par les différents puits de lumière doit rappeler celle des catacombes de Piranesi. Depuis le Lobby multifonctionnel, largement visible de la Portineria, se déploie de façon festive un grand escalier en direction de la partie publique de la villa. Il permet une liaison de qualité à la distribution principale de l’édifice.